Femmes Actives Japon - Le réseau professionnel au féminin

Portrait : Coralie Akiyama

Coralie est née à Montpellier et y passera les dix-neuf premières années de sa vie avec ses parents et ses trois soeurs. Ses études l’emmènent à Sciences Po à Aix-en-Provence, où son choix de langue étrangère se porte sur le japonais qu’elle commence à étudier en 2003. En effet, Coralie est une aventurière et est instinctivement attirée par la nouveauté. Son choix de la langue du pays du soleil levant ne lui a pas fait faux bond !

Portrait : Coralie Akiyama

Son programme académique incluant un séjour d’un an à l’étranger, elle découvre Fukuoka en 2005 avec délectation et restera sur sa faim à son retour en France. Assurément, Coralie est de nature profonde, aimant aller au bout de ses idées. Ce désir de creuser et comprendre l’univers nippon sous toutes ses formes la propulse et elle revient en échange universitaire grâce à son Master.

Avant de s’envoler au Japon à nouveau, elle s’abreuve de sa culture pour nourrir son rêve : mangas en version originale sous-titrée, kanjis affichés sur ses murs pour mieux maîtriser ces caractères si fascinants, participation aux stands japonais de salons. Elle vit pleinement dans la nostalgie du pays comme si c’était sa terre natale.

Etudiante d’abord à l’université de Senshu à Tokyo, elle fait ensuite un stage à Mérial Japan. Déterminée à rester à Tokyo, elle postule pour l’entreprise de pâtisserie Dalloyau Japon qui lui offre son premier poste en tant que responsable marketing. Elle est la seule étrangère de l’équipe et ce dépaysement l’enchante.

Elle change son fusil d’épaule après la naissance de sa fille en 2012 et intègre une société de conseil dans la mode, Savvy3. Là aussi, Coralie est accueillie par une structure plus que tout japonaise. Hélas, les circonstances actuelles ont, en août 2020, contraint la fondatrice à mettre la clé sous la porte. Coralie perd son emploi après 8 ans de loyaux services et se donne un nouveau défi professionnel.

Une opportunité vient à elle très rapidement. Elle est embauchée comme commerciale chez Shin-ei Fudosan Business en septembre 2020, société de maintenance de bureaux composée de 500 personnes. Là, l’empreinte japonaise se fait encore plus ressentir et les valeurs très traditionnelles se manifestent vite. Dès son entretien d’embauche, le directeur lui souffle: « Je suis un samouraï. Si tu rejoins notre société, c’est pour la vie ».

Comment se fait-il donc que Coralie soit si épanouie dans un environnement différent de ses origines, aurait-elle des ancêtres japonais ? Non, elle aurait simplement un gros penchant pour les valeurs de ses employeurs nippons. De la chaleur humaine, de l’humour, du soutien mutuel, des relations de confiance, de l’humilité, de la cohésion, une capacité d’écoute, un investissement dans l’être humain, toutes ces notions qui fondent le fonctionnement de ces organisations rejoignent ses croyances et sa zone de confort. Cela ne l’empêche pas de rester critique à propos de certaines conformités locales comme l’esprit de sacrifice et l’effacement de soi au profit du groupe.

Son engouement est tel qu’il pourrait nous faire croire que son ADN française est en passe de se transformer, mais il n’en est en fait rien ! Ses besoins d’expression et de mettre en valeur son individualité ont trouvé un véritable canal parallèle, une sorte d’échappatoire discret et artistique : l’écriture, qu’elle pratique depuis l’âge de 16 ans.

A l’abri des regards, elle quitte virtuellement le Japon tous les soirs et partage en ligne avec des écrivains français ses idées et ses ressentis pour nourrir ses poèmes et ses romans. Sensualité, dissonance, absurdité, fantaisie, désaccord, rêverie, souffrance, que de mots et de sensations qui lui permettent de quitter la sphère japonaise, où ordre et harmonie sont toujours rois. Coralie a réussi à trouver son équilibre grâce à cette double vie qui autorise ses deux personnalités à se réaliser. Son interview dans Lettres Capitales de mai 2020 l’illustre  : « Mon écriture est très éloignée de mon rôle social ».

En somme, cette danse entre son métier et sa passion pour la plume française lui permet d’être plus biculturelle que n’importe qui. Elle s’abreuve intelligemment des deux univers qui sont si fondamentalement différents, mais qui possèdent de part et d’autres des valeurs si fortes et avant tout humaines.

Du haut de son poste de commerciale, elle vous invite à découvrir ses talents de romancière et son âme de poète !


Romans : 

 Poèmes :

 

DECOUVREZ TOUS LES AUTRES PORTRAITS ET DECRYPTAGES ICI !


[22/11/2020]