Femmes actives Japon - Le réseau professionnel au féminin

Comptes rendus de nos événements

Compte-rendu de la conférence du mardi 18 avril 2018

Découvrez le compte-rendu de notre conférence "Regards croisés sur la situation des femmes actives japonaises" sur le site Vivre à Tokyo :

 

Lire la suite ...

Compte-rendu du petit-déjeuner du mercredi 7 mars 2018

Retrouvez le compte-rendu de notre petit-déjeuner "Plein emploi et précarité au Japon" sur le site Vivre à Tokyo :

https://vivreatokyo.com/ou-sont-les-sans-abri-a-tokyo.html

Lire la suite ...

Compte-rendu du petit déjeuner de mars 2018

Retrouvez le compte-rendu du petit déjeuner à propos de la diplomatie économique au Japon vue par Julie Poirier, conseillère et déléguée commerciale Senior à l'Ambassade du Canada.

https://vivreatokyo.com/la-diplomatie-economique-au-japon-par-julie-poirier-conseillere-a-l-ambassade-du-canada.html

 

Lire la suite ...

CR de la conférence du 12 décembre 201, Kansai Airports

Retrouvez le compte-rendu de notre conférence : "Kansai Airports : premier bilan d'une coopération réussie" sur Le Petit Journal Tokyo :

https://lepetitjournal.com/tokyo/actualites/kansai-airports-premier-bilan-dune-cooperation-reussie-cr-faj-221477

Lire la suite ...

Compte-rendu du petit déjeuner de FAJ du mardi 19 décembre 2017

Le mardi 19 décembre 2017, nous avons eu la chance de nous retrouver pour la deuxième édition des petits déjeuners de FAJ afin d’écouter Pierre Mourlevat, ministre conseiller, chef du service économique régional à l’ambassade de France, qui nous a présenté la conjoncture économique japonaise.

Lors de cette intervention, Pierre Mourlevat nous a invitées à sortir de la pensée triste qui prédomine lorsque l’on parle de l’avenir économique du Japon. Pour ce faire, il a partagé avec nous les éléments suivants :

 

Le constat

Le Japon est la troisième puissance économique mondiale. Il est investisseur net dans le reste du monde. Il détient 20% des brevets mondiaux. 10% de la dette française. Pourtant, le pays s’est effondré au moment de la crise et l’état d’esprit, qui s’est instauré alors, perdure. La société s’est rétractée sur elle-même. Ces années de glaciation, cette «décennie perdue», ont eu un impact direct sur la démographie. Le taux de natalité (1,46 enfants par femme) est très bas depuis longtemps. Chaque année, l’âge moyen augmente et le pays perd de la population (200-300 000 personnes/an). On estime qu’en 2050, la population sera passée sous la barre des 100 millions d’habitants et sous celle des 90 millions d’habitants en 2060.

 

La recherche de solutions: les Abenomics

Depuis 2014, les différents gouvernements dirigés par Shinzo Abe tentent d’adopter une vision globale organisée autour de trois flèches.

La première flèche est la création de monnaie. La politique monétaire conduite est une politique d’assouplissement. La banque centrale crée de la monnaie et achète des bons du trésor. Les taux sont proches de zéro et les banques ont énormément d’argent. L’objectif d’inflation est de 2% mais il n’a pas été atteint pour l’instant. Il faut que la consommation reprenne. Cette politique a ses limites. La banque centrale ne peut pas tout acheter et faire constamment baisser les taux sans que cela nuise à l’épargnant japonais qui ne reçoit plus rien. De même les bénéfices des banques se réduisent et elles sont fragilisées.

La deuxième flèche est la politique budgétaire. L’état décide de soutenir la croissance par des investissements. On construit des ponts, des routes. Cette politique est massive et historique. Elle entraîne cependant un déficit budgétaire très élevé. La dette japonaise est la plus élevée de l’OCDE et l’on ne peut imaginer qu’elle se maintienne à un tel niveau, même si elle est essentiellement détenue par des japonais.

La troisième flèche est la politique structurelle, c’est-à-dire toutes les autres grandes réformes sur la gouvernance des entreprises, les conditions de travail, la politique d’encouragement à la natalité etc... Il s’agit, notamment, de repenser totalement l’organisation du travail et de mettre fin à cet «excès de travail» qui n’était pas la norme avant 1945. Mais pour casser ce système, il faut obliger les entreprises et les individus à changer et cela doit passer par de nouvelles dispositions légales. Les choses changent dans ce domaine, même si elles changent lentement. Le gouvernement fait aussi beaucoup pour lutter contre la chute démographique. Des crèches publiques ou privées sont construites. Certaines entreprises en aménagent dans leurs locaux. Il y a parallèlement la volonté de revaloriser les emplois liés à la petite enfance qui étaient jusqu’alors mal perçus et peu rémunérés. La politique migratoire pourrait être une solution mais cela sera graduel et limité. Certains dirigeants japonais imaginent une société robotisée pour palier au manque de main d’œuvre mais beaucoup de voix s’élèvent contre les dangers de la technologie. Enfin, on peut noter l’espoir porté par les femmes qui ont un véritable rôle à jouer dans l’avenir du Japon, si elles l’acceptent.

 

Conclusion

Les politiques menées ont des effets globalement positifs. Depuis un an environ, la croissance repart. Les réformes dans le domaine de la gouvernance économique et la gestion des ressources humaines vont dans la bonne direction mais prendront du temps. Une prise de conscience globale et un changement des mentalités sont nécessaires. Il est aussi indispensable que les japonais retrouvent confiance en leur avenir.

 

Filmographie

Cinéphile, entre autres, Pierre Mourlevat a illustré son propos en se référant au cinéma japonais contemporain. Voici quelques titres :

 

De Kiyoshi Kurosawa :

Kairo, 2001

Tokyo Sonata, 2008

Shozukai : celles qui veulent se souvenir, 2012

Shozukai : celles qui veulent oublier, 2012

Real, 2013

Vers l’autre rive, 2015

Creepy, 2016

 

De Hirokazu Kore-eda:

After life, 1998

Still walking, 2008

La poupée pneumatique, 2009

I wish, nos voeux secrets, 2011

Tel Père tel fils, 2013

Notre petite sœur, 2015

Après la tempête, 2016

 

De Kôji Fukada:

Au revoir l’été, 2014

 

En gras , les films mentionnés durant la présentation.

 

Sur la mort par excès de travail ( Karoshi), le film de René Duignan:

Saving 10 000: Winning a war on suicide in Japan, 2012, lien you tube ci-dessous

https://www.youtube.com/watch?v=oo0SHLxc2d0&feature=share

 

Lire la suite ...

Compte-rendu de la conférence du mardi 14 novembre 2017

Renault Nissan-Mitsubishi : chronique d'un succès.

https://lepetitjournal.com/tokyo/actualites/renault-nissan-mitsubishi-chronique-dun-succes-compte-rendu-faj-163631Renault

Lire la suite ...

Le Tourisme : Un secteur en pleine mutation

Le Tourisme : Un secteur en pleine mutation

Le 13 février nous avons eu l’honneur d’accueillir Mr Frederic Mazenq, Directeur Asie Pacifique d’Atout France, Mme Mamiko Tominaga, Consultante senior chez Dentsu et Mr Sébastien Lemoine, auto entrepreneur dans le secteur du tourisme au Japon. 

Téléchargez le compte rendu (pdf, 428 Ko)
Lire la suite ...

Grande soirée Networking du 13 juin 2017

Grande soirée Networking du 13 juin 2017

Comme tous les ans à l‘approche de l’été, FAJ a organisé le 13 juin sa grande soirée networking qui a mis à l’honneur nos membres actifs du club entrepreneurs. 

Nous avons eu le plaisir de recevoir Guy de Rocquigny, Directeur Performance Solutions chez Google Japan qui est intervenu sur le thème « Digital fastracks success ». 

Il a partagé avec nous son expérience et ses conseils afin d’intégrer le digital dans nos projets et en faire un facteur de croissance pour gagner en visibilité sur le net. 

En savoir plus... (pdf, 531 Ko)
Lire la suite ...

3 pages - 21 résultats