Retour sur…notre rencontre exceptionnelle du 12 mars 2013: Can women save Japan?

Can Women Save Japan ?

Le Japon est en perte de vitesse et la situation s’aggrave jour après jour avec un taux de natalité particulièrement bas, ne permettant bientôt plus d’assurer le renouvellement de la population active.

Entre dénatalité et économie fragilisée, les économistes et les hommes politiques japonais sont face à un choix : ouvrir le pays à l'immigration, ou bien augmenter sa population active en incitant les femmes à travailler. Le Japon fait en effet actuellement partie des « mauvais élèves » (derrière Dubaï...) concernant la place des femmes dans le monde du travail.

Face à cette situation, le constat de la nécessité d’un changement profond s’impose de plus en plus. Christine Lagarde, Directrice du FMI, ne s’y est pas trompée, elle qui, en octobre 2012, lors de sa visite au Japon, affirmait que seules les femmes pourraient sauver le Japon si elles accédaient davantage au monde du travail et aux postes à responsabilités.

Même prise de conscience du coté de la sphère politique avec un discours de politique générale très remarqué du nouveau Premier ministre, Shinzo Abe, conscient, semble-t’-il, que la revitalisation de l’économie japonaise passera désormais nécessairement par l’ouverture du monde de l’entreprise aux femmes.

Femmes Actives Japon, en partenariat avec la Chambre de commerce et d'industrie française au Japon (CCIFJ), a souhaité poursuivre le débat en consacrant une soirée à la question de la place des femmes dans l’entreprise au Japon, en compagnie d'experts reconnus et de personnalités phares du monde de l'entreprise.

Exceptionnelle, la soirée du 12 mars intitulée “Can women save Japan ?” l’était à plus d’un titre: La personnalité des intervenants réunis ce soir-là sur la scène de l’Institut, la qualité de leurs présentations et la pertinence des débats qui ont suivi, sous l’égide de Régis Arnaud, rédacteur en chef de France Japon Eco (le magazine de la CCIFJ) ont contribué, sans nul doute, à nourrir la réflexion.

 

Kathy Matsui, macro-économiste chez Goldman Sachs, autorité incontestée sur le sujet des femmes dans l’entreprise et auteure du célèbre rapport Womenomics, a ouvert la soirée en emportant, dès les premières minutes, la conviction de la salle, totalement subjuguée par son style audacieux et énergique. Il lui aura suffi de quelques chiffres pour démontrer l’urgence de la situation: le Japon est l’avant-dernier pays, avant la Corée, ou le taux de participation des femmes à la vie active est le plus bas. On y apprend que c'est aussi l'insatisfaction au travail qui retient les femmes japonaises à la maison ; que 77% d'entre elles souhaitent retravailler après une première grossesse, mais que seules 43% y parviennent.

Kathy Matsui a rappelé, avec justesse et un brin d’humour, qu’il est désormais urgent pour les japonais de préférer faire des enfants plutôt que d’avoir des chiens car le fait est que plus les femmes travaillent, plus elles ont d’enfants, au Japon comme dans le reste du monde.

L’excellent George Desvaux, managing director de McKinsey Japon et co-auteur du rapport “Women Matters Project”, était au diapason ; chiffres à l'appui, l’étude du cabinet McKinsey montre que les barrières empêchant les femmes d'accéder aux postes qu'elles méritent sont nombreuses, surtout en Asie, mais pour faire bouger les choses, le plus efficace reste finalement l'engagement du comité exécutif. Ces trente dernières années, le gouvernement a pris des mesures pour améliorer l'égalité professionnelle entre hommes et femmes : lois sur l'égalité des chances, congé parental...

Davy le Doussal, avocat (TMI Associates), en a présenté les apports et surtout, malheureusement, les limites. Trop souvent, la loi n’est qu’incitative, car elle n’est pas accompagnée de pénalités en cas de non-respect par les entreprises

Au terme de ces trois présentations particulièrement brillantes sur l’environnement professionnel des femmes, nos rapporteurs ont laissé la place à une table ronde sur les initiatives décidées en entreprise pour promouvoir les carrières féminines. Jean-Louis Laurent Josi, CEO d'Axa Japon, Etsuko Katsu, vice-présidente de l'université Meiji, M.Sugimoto, DRH de Bristol Myers Squibb et  Serge Goldenberg, CEO de Schneider Electric ont partagé leur vision des enjeux de la parité, et les actions mises en place au sein de leurs structures.

Lutter contre le poids de la culture d'entreprise japonaise sans braquer les salariés, créer un environnement qui donne envie aux femmes de continuer à travailler, s'assurer que les talents soient identifiés et promus, limiter les heures supplémentaires, avoir une stratégie d'embauche volontaire... autant de sujets illustrés par les expériences de ce panel. Pour plusieurs des intervenants, la promotion des femmes doit s'accompagner de la sensibilisation et de l'investissement des comités de direction : c'est son implication qui change réellement la donne.

Au terme de cette soirée, les enseignements étaient riches des  expériences évoquées et les discussions se sont poursuivies pendant encore plus d’une heure autour du buffet de la Brasserie de l’Institut.

Cette soirée a aussi été l'occasion pour beaucoup, notamment des Japonaises anglophones, de découvrir les activités de notre association, Femmes Actives Japon. 130 personnes étaient réunies, l'Espace Images de l’Institut étant complet. Un signe très positif de la pertinence des questions soulevées lors de ce débat, et de leur écho auprès de nombreuses femmes japonaises présentes ce soir-là.

Ce 12 mars, il y avait comme un parfum de « Printemps japonais », un doux effluve teinté d’optimisme pour faire – peut-être, un peu - changer les choses…  Une affaire à suivre en tout cas…

Pour lire le rapport Mc Kinsey "Women matters project Asia"

FAJ en images

Une soirée mensuelle chez FAJ


(@by FAJ team)

Rejoignez nous aussi sur..
Login
Wesley Center
Membre de la CCIFJ

FAJ…in short
Contactez-nous


- Premier contact ?
- Une question ?
- Une information à partager?
- Un sujet à proposer?
- Envie de nous aider?

--------------------------------------------------