Mentorat : le coup de pouce qui peut tout changer

Par Cécile Rechatin.

Chaque année depuis trois ans, le programme de mentorat de FAJ permet à des femmes (les mentorées) qui veulent évoluer professionnellement de rencontrer des femmes (les mentores) qui souhaitent leur faire profiter de leur expérience. Les problématiques sont diverses : démarrer son projet d’entreprenariat, mieux gérer les difficultés rencontrées sur son poste de travail, concilier sa vie familiale et professionnelle, dynamiser sa recherche d’emploi… et l’exercice souvent extrêmement enrichissant pour les deux parties. Stéphanie Daudier, Directrice Générale Lancôme Japon, Elodie Ménard, toute nouvelle recrue chez Nichifutsu Boeki, et Magda Jagielski, chargée d’études au département RH de Axa Japon ont participé au mentorat 2012 de FAJ. Elles nous en parlent.

« Lors de la soirée de lancement où futures mentores et mentorées se rencontrent, j’ai été frappée par la détermination d’Elodie » se souvient Stéphanie. Arrivée à Tokyo pour y rejoindre son ami japonais, Elodie avait un objectif très clair : trouver du travail et s’intégrer.  Pas facile a priori avec un diplôme français d’assistante de direction lorsqu’on ne parle pas japonais. « J’avais besoin que l’on me dise que c’était possible » témoigne Elodie, « et que l’on m’aide à structurer ma recherche ». Stéphanie et Elodie se sont rencontrées au rythme d’environ une soirée par mois de février à juin 2012. Ensemble, elles ont précisé les cibles, identifié de nouvelles pistes, tiré des leçons des erreurs « On ne se quittait jamais sans avoir fixé un objectif pour notre prochaine rencontre» précise Stéphanie. « Ce cadre m’a été très utile » renchérit Elodie, « Seule, on peut facilement se décourager, laisser traîner. Savoir que Stéphanie prenait un intérêt particulier à mes efforts m’a aidée à être plus efficace. ».  Bilan ? En septembre, Elodie a démarré un CDI au service Logistique de Nichifutsu Boeki, qui lui finance en outre une formation de japonais. « Exactement ce que je cherchais ! ».

Magda s’est pour sa part doublement investie. En tant que mentorée, elle cherchait alors également des pistes pour décrocher un travail au Japon. En tant que mentore, elle souhaitait mettre son expérience des Ressources Humaines au service d’une autre membre. « La problématique sur laquelle je suis intervenue était celle d’une consultante japonaise qui voulait mieux gérer ses relations avec les clients français.  Comme j’étais au Japon depuis peu de temps, les échanges que nous avons eus autour de cette question m’ont fait progresser moi aussi sur le thème passionnant de l’inter-culturalité ». Car Magda et Stéphanie le soulignent toutes deux, le mentorat n’est pas une relation à sens unique. Outre la satisfaction de rendre service en utilisant ses compétences et son expérience, la mentore exerce également ses capacités d’écoute et de suggestion : « En tant que manager, être amenée à changer de point de vue est un excellent exercice » indique ainsi Stéphanie.

Ni relation personnelle, ni relation professionnelle, le mentorat emprunte aux codes des deux univers. C’est ce qui en fait la richesse, mais c’est ce qui peut aussi le rendre difficile à cerner. « Il est important pour la mentore, comme pour la mentorée, de bien définir dès le départ le cadre dans lequel elles se rencontrent et de ne pas avoir peur de formaliser les choses, y compris par écrit si nécessaire. Le mentorat y gagnera en efficacité » souligne Magda.  Quelles sont les qualités d’une bonne mentore ? « Avant tout, la bienveillance » répond Stéphanie, « Et aussi du doigté : être positive, donner confiance, mais ne pas non plus hésiter à souligner les points à améliorer pour trouver ensemble des solutions» Quant à la mentorée, elle doit être motivée et s’impliquer avec sérieux dans la démarche: « Au final, tout est entre ses mains ; la mentore ne lui apportera pas de réponse sur un plateau, elle l’aidera juste à définir sa trajectoire» dit Magda.

Magda et Stéphanie ont tellement apprécié leurs expériences respectives qu’elles ont décidé cette année de s’impliquer dans l’organisation de la nouvelle saison du mentorat, aux côtés d’Eve Duvoy qui l’a animé ces deux dernières années*. Des nouveautés au programme ? « Nous réfléchissons à développer quelques outils pour aider les binômes à tirer un maximum de profit de leur mentorat, et peut-être aussi à proposer un accompagnement ponctuel si nécessaire ». Ce qui ne changera pas en revanche, ce sont les valeurs sur lesquelles est fondé le mentorat : entraide et professionnalisme… Les valeurs de FAJ en somme ! Convaincue ? Alors cette année, serez-vous mentore ou mentorée ?

*Avec Marie-Noelle Thiébaud, qui a aujourd’hui quitté le Japon

Soirée de lancement du mentorat 2012-2013  le 20 novembre prochain

Voir l'Agenda et s'incrire

FAJ en images

Une soirée mensuelle chez FAJ


(@by FAJ team)

Rejoignez nous aussi sur..
Login
Wesley Center
Membre de la CCIFJ

FAJ…in short
Contactez-nous


- Premier contact ?
- Une question ?
- Une information à partager?
- Un sujet à proposer?
- Envie de nous aider?

--------------------------------------------------