Les Femmes et l’Art au Japon

Par Hélène Kelmachter, Attachée Culturelle à l'Ambassade de France.

Hélène Kelmachter, diplômée en histoire de l'art, conservatrice à la Fondation Cartier de Paris de 1994 à 2007, année de son arrivée à Tokyo, est Attachée Culturelle à l'Ambassade de France au Japon. Elle a répondu avec gentillesse à la demande de FAJ de faire profiter ses membres de son érudition.

Superbement accueillies à l’Ambassade de France, nous étions plus d’une cinquantaine ce soir-là à assister à la présentation passionnée et passionnante d’Hélène, qui a choisi d’aborder le thème de l’art contemporain au Japon par un angle cher à FAJ, puisqu’il s’agit des femmes.

Hélène a rappelé en préambule que les femmes japonaises marquent de façon prépondérante l’histoire de l’art contemporain, jouant un rôle moteur dans l’évolution de la société japonaise, et que ce phénomène intéresse beaucoup les sociologues.

Elle nous a ensuite présenté en images les artistes japonaises et nous a éclairées sur le message que ces femmes souhaitent faire passer à travers leurs œuvres.

Pour n’en citer que quelques-unes :

Yayoï Kusama (1929-), certainement l’artiste la plus connue et dont l’obsession des pois marque l’œuvre

Atsuko Tanaka (1932-2005) et sa performance réalisée en 1956, « Robe électrique »

Yoko Ono (1933-) plus pour le mythe qu’elle véhicule que pour ses œuvres...

Fujiko Nakaya (1933-), poétique « sculptrice de brouillard »

Aya Takano (1976-), qui fait partie de la jeune génération, tiraillée entre tradition et modernité, et est membre du groupe kaïkaïkiki, l’agence de Takashi Murakami, qui a à cœur de pousser ses artistes sur le devant de la scène. Hélène nous a d’ailleurs appris que ce nom faisait référence à un artiste japonais du XVIème siècle , dont les œuvres étaient qualifiées de « surnaturelles » ou « bizarres », ce que recouvre le terme japonais de kaïkaïkiki.

Chiho Aoshima (1974-) également membre de l’agence de Takashi Murakami, dont elle traduit les premières esquisses par ordinateur en dessin d’une grande précision, dessin que l’artiste peindra ensuite sur toile.

Mika Kato (1975-), qui confectionne des poupées qu’elle côtoie ensuite de longs mois avant de les peindre, ce qui rend ses œuvres réalistes mais étranges et très rares

Sako Kojima (1976-) dont la démarche artistique est un questionnement de la société japonaise, et notamment du rapport que les hommes entretiennent avec les animaux domestiques. Ainsi, elle se met en scène et vit pendant une semaine la vie d’un hamster

Akiko Miyanaga (1974-) qui travaille la naphtaline ou les cristaux de sel et déclare, au sujet du caractère éphémère de ses œuvres « Je ne veux pas créer des chefs d’œuvre éternels, mais des œuvres inoubliables »

Hélène a ensuite évoqué quelques femmes japonaises curatrices, directrices de musée ou architectes, avant de laisser, sous les applaudissements de l’assistance ravie, le devant de la scène aux membres de FAJ travaillant dans le domaine de l’art au Japon :

- Virginie Jux, écrivain et auteure d’une pièce de théâtre mise en scène prochainement à Tokyo :
http://www.femmesactivesjapon.org/Site_prive/Doc/20111101VirginieJuxspectacle
- Virginie Truchot, sculptrice : http://www.femmesactivesjapon.org/Site_prive/Doc/20111101VirginieTruchotsculpture

- Chloë Montel, représentant Artemiss Contemporary qui assure la promotion d’artistes européens en Asie
- Valérie Lee, restauratrice d’art au Musée National de Ueno : http://www.femmesactivesjapon.org/Site_prive/Doc/20111101FAJValerieLee

- Marie-Cécile Bastide, Laurence Meyer et Patrizia de Miguel créatrices du tout nouveau site internet TokyoArtTool : http://www.femmesactivesjapon.org/Site_prive/Doc/20111101TokyoArtTool

FAJ en images

Une soirée mensuelle chez FAJ


(@by FAJ team)

Rejoignez nous aussi sur..
Login
Wesley Center
Membre de la CCIFJ

FAJ…in short
Contactez-nous


- Premier contact ?
- Une question ?
- Une information à partager?
- Un sujet à proposer?
- Envie de nous aider?

--------------------------------------------------