Développement des compétences au Japon

Carolyn GASKINS

Talk & Workshop – Soirée FAJ (Femmes Actives Japon)

Tuesday 14th of June 2011 - Wesley Center – Tokyo

Carolyn GASKINS

Talk & Workshop – Soirée FAJ (Femmes Actives Japon)

Tuesday 14th of June 2011 - Wesley Center – Tokyo

“Career strategies for women professionals in Japan:

Building up on your strengths"

 

Le mardi 14 juin 2011, FAJ a eu le grand plaisir de recevoir Carolyn Gaskins, américaine, responsable  du programme «développement carrière et leadership » au sein de Bloomberg Japan.

Le thème de son intervention a été « Career strategies for women professionals in Japan : Managing your career in Japan. » au Westley Center à Tokyo.

 

 

Le parcours de Carolyn Gaskins

 

Caroly Gaskins vit au Japon avec son mari depuis plus de 10 ans.
Passionnée par ce pays d’accueil, elle a décidé d’y rester et de développer sa carrière dans le domaine du recrutement et des ressources humaines.

Loin d’être son domaine de spécialité, Carolyn a travaillé aux Etats-Unis dans la division commerciale d’une compagnie de poids-lourds, milieu très masculin qui n’a pas forcément la réputation d’être très progressiste au niveau du développement de carrière au féminin.
Un jour, son mari se voit offrir l’opportunité d’ouvrir le bureau de représentant de leur état au Japon (chaque état américain a son propre bureau de représentation et de promotion à l’étranger pour faire valoir leurs intérêts propres).
Elle décide donc de le suivre dans cette nouvelle aventure en Asie, ni l’un ni l’autre ne parlant le japonais.

Pratique de la langue japonaise : obstacle ou pas ?

Carolyn avoue qu’elle ne maîtrise toujours pas parfaitement le japonais après des années dans ce pays (ce qui ne l’a pas pour autant pénaliser dans sa carrière).

En effet, à son arrivée au Japon dans les années 90, Carolyn décide de prendre un poste de professeur d’anglais dans l’école privée NOVA (la plus grande école de langues étrangères du Japon qui dispensait des cours particuliers le soir et le week-end pour les adultes avant sa faillite en 2007).
Ce travail de professeur d’anglais était le plus aisé à accomplir sans avoir de notions de langue japonaise. Les cours étaient tous dispensés en anglais afin que les élèves soient en immersion totale.
Il est a noter que ce travail de professeur d’anglais lui a permis d’être au contact de beaucoup de Japonais (ses élèves) d’âges et de milieux différents et ainsi d’apprendre et observer plus sur le comportement des Japonais.

 

Comment s’adapter à l’environnement professionnel d’une entreprise japonaise ?

La devise de Carolyn est « be flexible and open-minded”.

Si son parcours professionnel  aux Etats-Unis ne la prédestinait pas à devenir professeur d’anglais, elle a cherché avant tout à rapidement s’intégrer dans l’environnement professionnel au Japon en acceptant la première opportunité professionnelle qui s’ouvrait à elle.

Ce fut un très bon choix puisque après avoir intégré l’école NOVA, elle a cherché à en savoir plus sur l’organisation du groupe NOVA et a évolué en interne vers le poste de responsable des professeurs étrangers au sein de la direction RH du groupe NOVA. Ce poste consistait à préparer les dossiers de visas des professeurs embauchés et d’assurer leur bonne intégration et suivi au Japon.

 

Après quelques années au Japon, son mari est muté à New-York. Ils s’y installent… un an et reviennent au Japon.
Ce retour au pays ne fut pas facile et Carolyn a eu du mal à réintégrer l’environnement américain.
A son retour au Japon, elle intègre le cabinet de recrutement OAK Associates http://www.oakassociates.co.jp/, d’abord en tant que chasseuse de tête puis responsable de la division « corporate training and management development ».
Ce cabinet dirigé par une Américaine Charlotte Kennedy Takahashi, mariée avec un Japonais, a été le lieu d’une très riche expérience professionnelle pour Carolyn où elle a pu développer ses compétences en tant que formateur.

Après 10 ans au sein de ce cabinet, Carolyn a ressenti le besoin de poursuivre d’autres challenges et pourquoi pas de travailler chez le client, au sein d’une division RH d’une entreprise.

En décembre 2010 (un an après le choc Lehman), elle démissionne de OAK Associates. Elle décide d’abord de faire une pause et de passer les fêtes de Noël en famille aux Etats-Unis, c’est le moment de la réflexion, les chances de retrouver rapidement un travail dans ce contexte de crise économique ne sont pas forcément élevées.

Par le biais de son réseau de contacts professionnels, elle contacte un chasseur de tête spécialisés dans les métiers du RH qui est basé en Asie, Singapore. Suite à un très bon premier contact téléphonique, il lui parle du poste de responsable de formation interne « Career and leadership program » Bloomberg Japan, elle passe les entretiens et elle décroche le poste !

Bloomberg Japan est une filiale de la société américaine Bloomberg qui commercialise entre autre un outil informatique de diffusions d’informations économiques, indispensables pour le travail des traders et des financiers.
Bloomberg Japan est une société d’abord japonaise (70% de salariés japonais, 30% de salariés étrangers). Tous les collaborateurs utilisent l’anglais sur leur lieu de travail.
Ses atouts à ce poste chez Bloomberg qui a déterminé son embauche sont :

  • Le fait d’avoir travaillé dans le secteur du recrutement et des ressources humaines et d’en connaître toutes les problématiques.
  • Le fait d’être une femme étrangère : “as you are not japanese, you can be more direct and “push” japanese workers, ask them to think differently with you.

 


Le marché du travail au Japon pour les femmes

 

Quelques conseils stratégiques pour les femmes non-japonaises en recherché d’emploi

  1. Développer son réseau : participer à des activités qui intéressent (associations sportives, de parents d’élèves, networking) afin de rencontrer le plus de personnes possibles, se faire connaître et informer votre entourage que vous êtes en recherche active.
  2. S’investir dans le bénévolat : cette démarche d’aller vers les autres et de s’impliquer dans une association caritatives et/ou bénévole, vous permettra également de vous épanouir et de rencontrer des gens qui ont les mêmes valeurs, de futurs collègues de travail potentiels.
  3. Etre flexible et adopter une « positive attitude » : Etre à l’étranger est à la fois un risque et un atout, et il n’est pas évident –surtout si on suit son compagnon ou conjoint- d’être sûre de trouver le même poste au Japon.
  4. Sacher saisir les opportunités qui s’offrent à vous, même si elles ne correspondent pas forcément exactement à votre parcours professionnel dans votre pays d’origine.
    Exemple : Nathalie Lugagne, responsable de la formation continue à HEC a trouvé un poste de professeur de management international au MBA de Tsukuba University
    Exemple : Cathy Boinay, responsable finance Danone Europe a trouvé un poste de consultante en normes IFRS chez Deloitte Japan.
  5. Essayer quelque chose de nouveau : A l’étranger, vous renaissez et c’est une occasion pour entreprendre des choses nouvelles : se former à nouveau, apprendre une nouvelle langue étrangère et pourquoi démarrer sa propre entreprise.
    Exemple : Frédérique Hermen, après 18 ans d'expérience dans la mode en finance et contrôle de gestion en France, s’est investi dans sa passion : la création de bijoux et mène un projet d'entrepreneuriat.
    Exemple : Delphine Cheng a débuté sa première expérience entrepreneuriale au Japon, à travers le Panier de Piu

 

Pour réussir votre recherche d’emploi au Japon :

  • Ayant une personne de votre réseau qui puisse vous fournir une recommandation afin de mettre en confiance un recruteur potentiel (le fameux entretien réseau qui est plus aisé au Japon).
  • Soyez spécifique et concentrée lors de tout entretien
  • Pitcher vos compétences et points forts : pour cela, compléter votre tableau SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats)
  • Intégrer les bases de données des cabinets de recrutement
  • Rechercher les opportunités de mobilité interne : Si vous êtes en poste (lucky you), consulter régulièrement les annonces de nomination et de mobilité interne, le poste que vous souhaitez peut s’ouvrir et vous serez la mieux placée car connaissant déjà le fonctionnement de l’entreprise.

 

Quelques cabinets de recrutements qui sont ouverts aux profils étrangers :

  • Oak Associates
  • Wall Street Associates
  • Michael Page
  • Robert Walters
  • Korn Ferry
  • Heidrick & Struggles

ATTENTION : penser quand même à booster votre japonais (sans pour autant attendre d’avoir le test 1kyu pour commencer sa recherche d’emploi).La réalité peut être difficile mais il est vrai que les cabinets de recrutement ne sont pas principalement intéressées par les profiles étrangers, à moins qu’ils aient la maîtrise du japonais ou d’un vocabulaire technique en japonais.

 


Conseils SWOT par Carolyn Gaskins

Carolyn a pris trois exemples de SWOT de membres de FAJ  en recherche d’emploi et leur a dispensé les conseils suivants :

  1. Une jeune franco-japonaise : se présenter avant tout comme une jeune française, afin de ne pas être recalée à cause de son niveau de langue en japonais.
  2. Une française en milieu de carrière avec une expérience professionnelle dans le marketing de la grande consommation : sa menace : les Japonais au profil « international », mettre en avant son expérience professionnelle forte.
  3. Une japonaise de 40 ans en reconversion professionnelle. Sa faiblesse : le networking.
    Le conseil de Carolyn : lorsqu’on assiste à une conférence, une rencontre, une sortie, se fixer l’objectif de discuter avec 5 nouvelles personnes au minimum et bien sûr récupérer leur carte de visite et/ou coordonnées.

Après la présentation de ces trois SWOT, ce fut le moment d’un mini-atelier SWOT express, les participantes à la rencontre ont été invitées à se regrouper à 3 ou 4 pour rédiger et partager leurs SWOTs, Carolyn passant auprès de chaque groupe pour leur dispenser quelques conseils.

Comme toujours, la soirée s’est terminée autour d’un buffet pendant lequel dans une atmosphère très conviviale, chacune des participantes a pu discuter librement à Carolyn que nous remercions pour avoir partagé ses expériences, ses réussites professionnelles et toute son énergie positive.

"

 

Le mardi 14 juin 2011, FAJ a eu le grand plaisir de recevoir Carolyn Gaskins, américaine, responsable  du programme «développement carrière et leadership » au sein de Bloomberg Japan.

Le thème de son intervention a été « Career strategies for women professionals in Japan : Managing your career in Japan. » au Westley Center à Tokyo.

Le parcours de Carolyn Gaskins

 

Caroly Gaskins vit au Japon avec son mari depuis plus de 10 ans.
Passionnée par ce pays d’accueil, elle a décidé d’y rester et de développer sa carrière dans le domaine du recrutement et des ressources humaines.

Loin d’être son domaine de spécialité, Carolyn a travaillé aux Etats-Unis dans la division commerciale d’une compagnie de poids-lourds, milieu très masculin qui n’a pas forcément la réputation d’être très progressiste au niveau du développement de carrière au féminin.
Un jour, son mari se voit offrir l’opportunité d’ouvrir le bureau de représentant de leur état au Japon (chaque état américain a son propre bureau de représentation et de promotion à l’étranger pour faire valoir leurs intérêts propres).
Elle décide donc de le suivre dans cette nouvelle aventure en Asie, ni l’un ni l’autre ne parlant le japonais.

Pratique de la langue japonaise : obstacle ou pas ?

Carolyn avoue qu’elle ne maîtrise toujours pas parfaitement le japonais après des années dans ce pays (ce qui ne l’a pas pour autant pénaliser dans sa carrière).

En effet, à son arrivée au Japon dans les années 90, Carolyn décide de prendre un poste de professeur d’anglais dans l’école privée NOVA (la plus grande école de langues étrangères du Japon qui dispensait des cours particuliers le soir et le week-end pour les adultes avant sa faillite en 2007).
Ce travail de professeur d’anglais était le plus aisé à accomplir sans avoir de notions de langue japonaise. Les cours étaient tous dispensés en anglais afin que les élèves soient en immersion totale.
Il est a noter que ce travail de professeur d’anglais lui a permis d’être au contact de beaucoup de Japonais (ses élèves) d’âges et de milieux différents et ainsi d’apprendre et observer plus sur le comportement des Japonais.

Comment s’adapter à l’environnement professionnel d’une entreprise japonaise ?

La devise de Carolyn est « be flexible and open-minded”.

Si son parcours professionnel  aux Etats-Unis ne la prédestinait pas à devenir professeur d’anglais, elle a cherché avant tout à rapidement s’intégrer dans l’environnement professionnel au Japon en acceptant la première opportunité professionnelle qui s’ouvrait à elle.

Ce fut un très bon choix puisque après avoir intégré l’école NOVA, elle a cherché à en savoir plus sur l’organisation du groupe NOVA et a évolué en interne vers le poste de responsable des professeurs étrangers au sein de la direction RH du groupe NOVA. Ce poste consistait à préparer les dossiers de visas des professeurs embauchés et d’assurer leur bonne intégration et suivi au Japon.

Après quelques années au Japon, son mari est muté à New-York. Ils s’y installent… un an et reviennent au Japon.
Ce retour au pays ne fut pas facile et Carolyn a eu du mal à réintégrer l’environnement américain.

A son retour au Japon, elle intègre le cabinet de recrutement OAK Associates http://www.oakassociates.co.jp/, d’abord en tant que chasseuse de tête puis responsable de la division « corporate training and management development ».
Ce cabinet dirigé par une Américaine Charlotte Kennedy Takahashi, mariée avec un Japonais, a été le lieu d’une très riche expérience professionnelle pour Carolyn où elle a pu développer ses compétences en tant que formateur.

Après 10 ans au sein de ce cabinet, Carolyn a ressenti le besoin de poursuivre d’autres challenges et pourquoi pas de travailler chez le client, au sein d’une division RH d’une entreprise.

En décembre 2010 (un an après le choc Lehman), elle démissionne de OAK Associates. Elle décide d’abord de faire une pause et de passer les fêtes de Noël en famille aux Etats-Unis, c’est le moment de la réflexion, les chances de retrouver rapidement un travail dans ce contexte de crise économique ne sont pas forcément élevées.

Par le biais de son réseau de contacts professionnels, elle contacte un chasseur de tête spécialisés dans les métiers du RH qui est basé en Asie, Singapore. Suite à un très bon premier contact téléphonique, il lui parle du poste de responsable de formation interne « Career and leadership program » Bloomberg Japan, elle passe les entretiens et elle décroche le poste !

Bloomberg Japan est une filiale de la société américaine Bloomberg qui commercialise entre autre un outil informatique de diffusions d’informations économiques, indispensables pour le travail des traders et des financiers.
Bloomberg Japan est une société d’abord japonaise (70% de salariés japonais, 30% de salariés étrangers). Tous les collaborateurs utilisent l’anglais sur leur lieu de travail.
Ses atouts à ce poste chez Bloomberg qui a déterminé son embauche sont :

  • Le fait d’avoir travaillé dans le secteur du recrutement et des ressources humaines et d’en connaître toutes les problématiques.
  • Le fait d’être une femme étrangère : “as you are not japanese, you can be more direct and “push” japanese workers, ask them to think differently with you.

 


Le marché du travail au Japon pour les femmes

 

Quelques conseils stratégiques pour les femmes non-japonaises en recherché d’emploi

  1. Développer son réseau : participer à des activités qui intéressent (associations sportives, de parents d’élèves, networking) afin de rencontrer le plus de personnes possibles, se faire connaître et informer votre entourage que vous êtes en recherche active.
  2. S’investir dans le bénévolat : cette démarche d’aller vers les autres et de s’impliquer dans une association caritatives et/ou bénévole, vous permettra également de vous épanouir et de rencontrer des gens qui ont les mêmes valeurs, de futurs collègues de travail potentiels.
  3. Etre flexible et adopter une « positive attitude » : Etre à l’étranger est à la fois un risque et un atout, et il n’est pas évident –surtout si on suit son compagnon ou conjoint- d’être sûre de trouver le même poste au Japon.
  4. Sacher saisir les opportunités qui s’offrent à vous, même si elles ne correspondent pas forcément exactement à votre parcours professionnel dans votre pays d’origine.
    Exemple : Nathalie Lugagne, responsable de la formation continue à HEC a trouvé un poste de professeur de management international au MBA de Tsukuba University
    Exemple : Cathy Boinay, responsable finance Danone Europe a trouvé un poste de consultante en normes IFRS chez Deloitte Japan.
  5. Essayer quelque chose de nouveau : A l’étranger, vous renaissez et c’est une occasion pour entreprendre des choses nouvelles : se former à nouveau, apprendre une nouvelle langue étrangère et pourquoi démarrer sa propre entreprise.
    Exemple : Frédérique Hermen, après 18 ans d'expérience dans la mode en finance et contrôle de gestion en France, s’est investi dans sa passion : la création de bijoux et mène un projet d'entrepreneuriat.
    Exemple : Delphine Cheng a débuté sa première expérience entrepreneuriale au Japon, à travers le Panier de Piu

Pour réussir votre recherche d’emploi au Japon :

  • Ayant une personne de votre réseau qui puisse vous fournir une recommandation afin de mettre en confiance un recruteur potentiel (le fameux entretien réseau qui est plus aisé au Japon).
  • Soyez spécifique et concentrée lors de tout entretien
  • Pitcher vos compétences et points forts : pour cela, compléter votre tableau SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats)
  • Intégrer les bases de données des cabinets de recrutement
  • Rechercher les opportunités de mobilité interne : Si vous êtes en poste (lucky you), consulter régulièrement les annonces de nomination et de mobilité interne, le poste que vous souhaitez peut s’ouvrir et vous serez la mieux placée car connaissant déjà le fonctionnement de l’entreprise.

Quelques cabinets de recrutements qui sont ouverts aux profils étrangers :

  • Oak Associates
  • Wall Street Associates
  • Michael Page
  • Robert Walters
  • Korn Ferry
  • Heidrick & Struggles

ATTENTION : penser quand même à booster votre japonais (sans pour autant attendre d’avoir le test 1kyu pour commencer sa recherche d’emploi).La réalité peut être difficile mais il est vrai que les cabinets de recrutement ne sont pas principalement intéressées par les profiles étrangers, à moins qu’ils aient la maîtrise du japonais ou d’un vocabulaire technique en japonais.


Conseils SWOT par Carolyn Gaskins

Carolyn a pris trois exemples de SWOT de membres de FAJ  en recherche d’emploi et leur a dispensé les conseils suivants :

  1. Une jeune franco-japonaise : se présenter avant tout comme une jeune française, afin de ne pas être recalée à cause de son niveau de langue en japonais.
  2. Une française en milieu de carrière avec une expérience professionnelle dans le marketing de la grande consommation : sa menace : les Japonais au profil « international », mettre en avant son expérience professionnelle forte.
  3. Une japonaise de 40 ans en reconversion professionnelle. Sa faiblesse : le networking.
    Le conseil de Carolyn : lorsqu’on assiste à une conférence, une rencontre, une sortie, se fixer l’objectif de discuter avec 5 nouvelles personnes au minimum et bien sûr récupérer leur carte de visite et/ou coordonnées.

Après la présentation de ces trois SWOT, ce fut le moment d’un mini-atelier SWOT express, les participantes à la rencontre ont été invitées à se regrouper à 3 ou 4 pour rédiger et partager leurs SWOTs, Carolyn passant auprès de chaque groupe pour leur dispenser quelques conseils.

Comme toujours, la soirée s’est terminée autour d’un buffet pendant lequel dans une atmosphère très conviviale, chacune des participantes a pu discuter librement à Carolyn que nous remercions pour avoir partagé ses expériences, ses réussites professionnelles et toute son énergie positive.

FAJ en images

Une soirée mensuelle chez FAJ


(@by FAJ team)

Rejoignez nous aussi sur..
Login
Wesley Center
Membre de la CCIFJ

FAJ…in short
Contactez-nous


- Premier contact ?
- Une question ?
- Une information à partager?
- Un sujet à proposer?
- Envie de nous aider?

--------------------------------------------------