COMPTE RENDU Soirée Mensuelle du 19 Janvier : « La recette du succès de Pierre Hermé Paris au Japon et en Asie »

La Maison Pierre Hermé Paris dévoile les secrets de son succès chez FAJ

 

12513976_976853552390917_6650270844165798945_o-2

 

 

Le 19 janvier dernier, la Maison Pierre Hermé Paris est venue lever un coin du voile sur le secret de sa réussite au Japon. Afin de mieux comprendre comment elle s’est progressivement imposée comme une référence en matière de pâtisserie dans l’archipel, l’association Femmes Actives Japon recevait Richard Ledu, Président de la Maison en Asie, et Pauline Van Thienen, en charge du marketing et du développement.

 

11249469_976853682390904_2169969166912064743_o

Richard Ledu a commencé par insister sur le rôle que le Japon avait joué dans le lancement de la société. Après avoir travaillé pour plusieurs maisons prestigieuses (dont Ladurée et Fauchon), Pierre Hermé souhaitait faire de la pâtisserie quelque chose de nouveau. Il voulait se lancer dans une « Haute pâtisserie », de luxe, qui à force de précisions, d’attention au détail et de créativité, pourrait apporter une expérience nouvelle. Mimant le processus de création de la mode, il voulait présenter des collections et proposer des tendances. Cette volonté de création est tout d’abord passée par l’édition, avec un premier livre « Secrets Gourmands » qui faisait la part belle aux photos. En France, son idée trouva peu d’écho. Et c’est au Japon, en 1998, que la première boutique ouvre au sein de l’hôtel New Otani, grâce à l’action de M. Otani. «  Il y avait encore peu de pâtisseries françaises à Tokyo, la place était à prendre », explique Richard Ledu. 

Cette première implantation fut un beau succès commercial, qui ouvrit la porte à de très belles collaborations en France et au Japon (Royal Monceau Raffles Paris, All Nippon Airways, Ritz-Carlton). Mais elle fut surtout riche en enseignements. « Au départ, personne ne voulait de nos macarons : les consommateurs japonais pensaient que c’étaient des monaka (petits gâteaux japonais) ratés ! » raconte Richard Ledu, « nous avons dû persévérer et faire un effort de pédagogie pour présenter et expliquer nos pâtisseries ». Aujourd’hui, 40 à 45% du chiffre d’affaires de la Maison est fait au Japon. A force d’obstination, de constance dans la qualité des produits et du service, de fidélité aux partenaires et aux clients, de réactivité, de créativité, le nom de Pierre Hermé Paris s’est imposé comme une référence de la pâtisserie de luxe. La Maison profite aujourd’hui de cette notoriété pour des œuvres caritatives (le Macaron Day), mais aussi pour s’aventurer vers de nouveaux horizons marketing avec les licences de produits déclinant les saveurs Fetish (Ispahan, Carrément Chocolat et Satine). 

Lors de la conférence, les participantes ont pu déguster des macarons saveur « Jardin dans les Foins » (Mélilot & Flouve Odorante) et « Jardin Zen » (Chocolat & Miso Blanc),  des chocolats, ainsi que des petits gâteaux (cakes et madeleines)  généreusement offerts par la Maison.

Le parcours de Pauline Van Thienen, l’obstination d’une working woman pour trouver sa place au Japon.

12615376_976853775724228_269101772325915476_o

Venue en échange universitaire puis en séjour linguistique, Pauline avait prévu de terminer ses cours et de peaufiner son expérience avec un stage, quand est arrivé le 11 mars 2011. Après un bref retour pour rassurer ses proches, elle a décidé de poursuivre sur cette lancée en revenant en Japon pour faire ce stage qu’elle avait prévu. 

Suite à cette expérience, elle a souhaité rester au Japon et s’est mise à la recherche d’un emploi. Grâce à ses connaissance en japonais et à un CV déjà bien japonisé, elle a décroché un premier emploi dans une entreprise japonaise. Cette première expérience a été riche en enseignements. « J’ai compris que la vie en entreprise japonaise, ce n’était pas pour moi ! », explique Pauline. Mais elle lui a surtout permis de consolider son japonais professionnel et ses business manners. Forte de cette première expérience, elle a cherché à rejoindre une entreprise étrangère. C’est là qu’elle a rencontré Richard Ledu, qui lui a fait confiance pour développer la marque au Japon. 

Cela fait aujourd’hui près de  4 ans qu’elle est chez Pierre Hermé Paris. Progressivement, elle a su gagner la confiance des équipes japonaises. Pour cela, elle est passée par tous les services : production (et apparemment, faire des macarons n’est pas son fort), mais aussi packaging et service en magasins. Depuis, ses attributions n’ont cessé d’augmenter : elle gère à présent les relations entre la marque et ses partenaires (artistes, Licenciés), mais sert aussi d’intermédiaire avec  avec la France. 

FAJ en images

Une soirée mensuelle chez FAJ


(@by FAJ team)

Rejoignez nous aussi sur..
Login
Wesley Center
Membre de la CCIFJ

FAJ…in short
Contactez-nous


- Premier contact ?
- Une question ?
- Une information à partager?
- Un sujet à proposer?
- Envie de nous aider?

--------------------------------------------------